chaque cheval recouvre un portrait de Rimbaud
une série très vite reniée

pour recouvrir cacher il fallait être opaque
mettre des couches
de l'épaisseur
donc vraiment peindre

quelquefois garder un peu
préserver quelques décimètres carrés des joues du poète
ou de sa tignasse
toujours là dessous le gamin génial
et ses voyelles multicolores

la même silhouette du cheval reprise
décalquée
au pochoir
pour régler au plus vite la question du dessin
de la forme
et ne plus penser qu' à la couleur
faire des essais de superpositions
régler les intensités
organiser des courts circuits de complémentaires
éteindre des incendies de couleurs chaudes
seulement peindre donc
vraiment peindre


vouloir être insolent et titrer avec une faute d'orthographe