dans sa maison    grand cerf    fenêtre
lapin  :  ouvre moi !    le chasseur !
lapin lapin lapin lapin lapin lapin
entre
me serrer la main

Dans ma fuite mes pattes arrières s'allongent
mes oreilles je deviens une lièvre
je peux courir plus vite
je distance les chiens
kapos imbéciles perdront ma trace
je retiens mes urines
je serais bientôt clandestin chez un cerf naïf
ses bois se cognent aux chambranles
qui pense ne jamais devenir une cible
son trophée ne contemplera leurs banquets
de chasseur ne sachant chasser
sans ses chiens